Addictions
et
vieillissement

Imprimer Recommander Home


Un nombre croissant d’études montre qu’une consommation importante d’alcool influence défavorablement les maladies répandues chez les aînés (diabète, hypertension artérielle, maladies gastro-intestinales, troubles du sommeil, démences et dépression).
Non seulement les maladies et l’alcool interagissent sur le plan des symptômes, mais l’effet des divers médicaments employés pour traiter ces maladies peut également être modifié par l’alcool. Ce risque de perturbation de l’effet, voire la survenue d’interactions médicamenteuses dangereuses, est particulièrement important en cas de prise simultanée avec l’alcool (Moore et al. 2007). D’autres préjudices potentiels des interactions de l’alcool avec les médicaments chez les aînés atteints de maladies somatiques ou simplement affectés par des modifications du vieillissement sont : complications neuropsychiatriques, confusion mentale, chutes, fractures, incontinence, dénutrition ou risque suicidaire accru (Schäufele 2010).
 
La prévention de tels cercles vicieux est fondamentale. La transmission d’informations détaillées par le médecin sur les interactions potentielles des médicaments et de l’alcool est donc essentielle.

Traitement médicamenteux chez les personnes âgées

Les atteintes et les maladies liées au vieillissement entraînent parfois une médication nombreuse qui complique la surveillance de l’apparition des interactions médicamenteuses, en particulier également chez les personnes avec un traitement basé sur la substitution (par les opioïdes). Le recours à des outils en ligne est recommandé (Vérification des interactions sur le site du Compendium des Médicaments ; www.mediq.ch (en allemand) ou www.epocrates.com (en anglais) par exemple).
Des changements de l’effet des médicaments en raison des modifications du métabolisme liées au vieillissement doivent également être pris en compte. De nombreux médicaments psychotropes (dont la méthadone) ont un effet plus important et prolongé chez les aînés en raison d’une diminution de l’élimination par voie hépatique et rénale (diminution de l’effet de premier passage) et d’un volume de distribution réduit de par la teneur corporelle en eau inférieure. Il en est de même avec l’alcool et vraisemblablement aussi avec d’autres substances psycho-actives telles que la nicotine (Hälg/ Dürsteler 2013).


Deux brochures peuvent être remises aux patients : Alcool et médicaments en vieillissant, et Médicaments et âge (Addiction Suisse et ZüFAM).