Addictions
et
vieillissement

Imprimer Recommander Home


Une consommation excessive, même sans parler encore de dépendance, peut entraîner quantité de problèmes. Les risques augmentent dès qu’une personne dépasse les quantités recommandées pour une consommation à faible risque (cf. « Trop, c’est combien ? »), et les risques croissent avec la quantité.
Certains des indices qui permettent d’identifier un problème lié à l’alcool sont également les conséquences directes d’une consommation excessive.

Presque tous les organes peuvent être lésés par un abus d’alcool : diverses maladies et formes de cancer peuvent se déclarer.

Une consommation problématique peut entraîner des problèmes psychiques, par exemple un état dépressif ou d’agitation intérieure.

L’abus d’alcool peut également nuire aux performances intellectuelles.

Nombreuses sont les personnes qui, par honte de trop consommer, se retirent de la vie sociale au point de s’isoler totalement.

L’alcool peut engendrer une dépendance particulièrement tenace et on sous-estime trop souvent son potentiel d’addiction. On évalue à 250’000 le nombre de personnes alcoolodépendantes en Suisse.